L'histoire de la poste

 Dans les premiers mois de l'année 1870, la commune de Folembray, qui comptait plus de 1400 habitants, renouvelait la demande qu'elle avait faite le 20 mai 1868, à l'effet d'obtenir la création d'un bureau télégraphique public. La guerre, et les embarras financiers qui suivirent, ne permirent pas, aux services d'État intéressés, d'examiner cette requête, qui fut rappelée quelques années après. 

C'était sans doute, à l'égard de l'administration de l'époque, faire preuve de beaucoup de prétentions car, le 3 mai 1876, le ministre de l'Intérieur duquel dépendait l'administration des Lignes Télégraphique, répondait que : "l'organisation d'un service télégraphique à Folembray aurai pour l'objet principal, sinon pour l'objet unique, de faciliter l'échange des correspondances des propriétaires de la verrerie de Folembray.... et qu'en l'état actuel de l'organisation, l'administration ne pourrait admettre que l'établissement d'un poste d'intérêt privé." ( c'est à dire d'un nouveau bureau spécial à la Verrerie e géré par elle).  C'était une fin de non recevoir.

Les intérêts généraux et particuliers des habitants d'une commune importante étaient ainsi sacrifiés, et considérés comme inexistants.

Cette conception devait, toutefois, être de courte durée, car, par décision du 19 décembre 1878, le sous secrétaire d'État des Finances autorisait la création à Folembray du bureau télégraphique public tant attendu. Il fut ouvert le 20 mars 1879, et relié au centre de Chauny.

A  la date du 9 février 1868, la municipalité adressait au ministre compétent une requête tendant à doter Folembray d'un bureau de poste de plein exercice, en remplacement de l'établissement de facteur-boitier créé le 30 mai 1856.

Cette dénomination de facteur-boitier qui, plus tard, fut transformée en celle de facteur-receveur, signifiait que l'agent des Postes chargé de ce bureau assurait également un service de distribution des correspondances dans l'agglomération principale du village.

Ce n'est que 10 ans après, en 1878, que l'établissement postal fut converti en recette simple de 3éme classe.

A la suite de cette création la commune de Champs, par délibérations des 18 Mars et 23 Novembre 1879, demanda à être desservie par le bureau postal de Folembray, au lieu de l'être par celui de Trosly-Loire. Cette mesure, simple en apparence, ne fut réalisée que 6 années plus tard, le 16 août 1885.

La distribution des correspondances à Champs était, de ce fait, avancée de 2 heures. C'es en 1878 que le gouvernement, désirant donner plus de facilités au public et placer notre pays au niveau des autres nations, résolut de fusionner sous une seule et même autorité les deux administrations Postale et Lignes Télégraphiques, et de les placer dans les même locaux.

Le 5 janvier 1879, le Ministère des Postes et des Télégraphes était créé, et un homme aux idées larges, véritable novateur, M. Adolphe Cochery, Député du Loiret, était placé à sa tête.

Sous son Administration, qui dura jusqu'en 1885, de grandes améliorations furent apportées.

Les trois principales créations sont :

Le recouvrement, par la poste, des effets de commerce ; La convention internationale pour l'échange des colis postaux (acte du 3 novembre 1880) ; La création de la Caisse Nationale d'Épargne (loi du 9 avril 1881) qui s'appelait, en premier lieu, Caisse d'Épargne Postale.

Le premier titulaire de l'établissement postal ( faceur-boitier, puis receveur) fut M. Charles Bertin. Dessinateur émérite, d'une complaisance sans bornes, M. Bertin joignait à ces qualités celle d'organise. Pendant longtemps les orgues de l'église de Folembray firent entendre, sous ses doigts habiles, leurs plus beaux accords.

En 1833, la commune de Folembray était desservie par le bureau postal de Blérancourt, et de 1838 à 1856 par celui de Coucy le château.

 

 
retour au menu