Les caves et ses souterrains du château Royal

Les souterrains et  caves construite au XIII éme siècle par Enguerrand III, étaient placés sous le château Royal ainsi que l'a d'ailleurs mentionné l'Abbé Vernier dans son ouvrage. Construites en pierres de tailles dures, la conception est identique à ceux de Coucy le Château , les couloirs souterrains ont la mène hauteur et largeur. Ils ont des voûtes ogivées , des marches inégales...

Ses souterrains couvrent  presque entièrement le haut du village, c'est à dire l'espace compris entre la route de Chauny actuelle au Nord-Est(avenue Bernard Lefévre),  au monument aux morts au Sud-Ouest, la route de Pont Saint Mard(rue Ambroise croizat) à l'Ouest , et la rue Mortier à l’Est.

De nombreuses entrées de ses souterrains existent encore mais elles se trouvent chez des particuliers.  D’après mes quelques recherches, j’ai  retracé une partie du plan de ses souterrains.

 J’ai constaté que parfois des couloirs se superposés comme en dessous de la mairie actuelle ou sous le presbytère. Le sous-sol de Folembray est sur plusieurs niveau et ce réseau de galeries construit au commencement du 13ème siècle dépasse les limites du château  bâti sous François 1er entre 1540 et 1552.

On retrouve encore des salles voûtées du XIII éme siècle intact  chez certains propriétaire. Il est difficile d’expliquer la fonction de chacune de ces salles. Autrefois, pratiquement toutes ces salles souterraines devaient se relier entre elles.

             Beaucoup de passages souterrains se sont effondrés ou on étaient murés volontairement pour être transformé en cave privé. Certains passages ont été remblayés de terre ou de gravât. Pendant les guerres, ils ont servi d’abri aux Folembraysiens.

 Les Allemands les utilisèrent, comme refuge et poste téléphonique central ou d'écoute, pendant la dernière invasion.


 

En 1927, la commune de Folembray fit procéder au déblaiement des décombres des écoles de garçons et de la Mairie. La petite rue, qui séparait l'extrémité des classes et les maisons voisines (entre la place du marché actuelle et les écoles), a été supprimée et des nouvelles constructions ont été reculées vers le haut, afin de donner plus d'espace à la place de la Mairie.

Les fouilles opérées en vue des fondations de ces nouvelles écoles - coté des écoles des filles - amenèrent des surprises. La pioche des ouvriers mit à jour deux souterrains superposées. Il est de ne pas oublier que la Mairie et les écoles occupent l'emplacement de la partie arrière de l'ancien pavillon de Sully, Ministre de Henri IV. Le terre plein surélevé, qui est actuellement devant la nouvelle Mairie, marque les limites de l'ancien immeuble communal inauguré le 30 Avril 1861 et détruit par les Allemands en 1917.

 


 

En 1877 des travaux de déblaiement ont une lieu autour du presbytère actuel pour la construction une nouvelle école pour les filles face à l'ancienne. Les fouilles firent écrouler la voûte d'un souterrain de l'ancien Château Royal, et l'ouvrier Louis Dasse, des près-Houez, fut précipité dans le vide. On s'aperçut à temps de sa disparition, mais l'éboulement des terres qui suivit fut tel, qu'il fallut prés de 8 heures pour les enlever et sauver l'enseveli. Louis Dasse fut sauvé.

 


 

En montant la rue du Château, que l'on appelle à tort rue de l'église, on arrive à l'ancien hôtel de la Hure dont une des caves, très bien conservée, faisait également partie des bâtiments du château royal.

 


En 1927, les démolitions ont mis à jour un puit ou des oubliettes de l'ancien château. Les sondages que nous avons opérés en 1927 on donné les résultats suivants :

Largeur de l'orifice circulaire : 0.60 centimètres

Largueur du col de descente : 0.75 centimètres

Le col s'élargit ensuite et la cavité cylindrique a 6 m.50 de hauteur. Dans le fond, formant comme un prolongement du col de l'ouverture, existe un puit de 4m.50 de profondeur. Il devait être plus profond à l'origine, car on y voit quantité de moellons. Autrefois ce puit ce trouvait dans la propriété d'un médecin.

 

 

 

retour au menu