De Longueval au circuit

Extrait du cadastre de 1820 des archives départementales

Ce fief, ainsi appelé à cause de la longue vallée (longa vallis) à l'extrémité de laquelle il était situé, a trés-probablement donné son nom à toute la famille des Longueval. Les Longueval portaient : bandé de vair et de gueules de six pièces. Une ferme a été bâtie sur l'emplacement de l'ancien fief.

 Les seigneurs :

1500 Annibal de Longueval, seigneur de Longueval et de Verneuil.

1535 Philippe de Longueval, son fils, Père de Charles de Longueval, abbé de Nogent, qui embrassa la réforme de Calvin en 1565 et se maria.

1568 Philippe II de Longueval.

1580 Jacques de Longueval, marquis d'Haraucourt, gouverneur du châtelet. Il fut le père d'Angélique de Longueval, dont on peut lire la tragique histoire au dépôt des archives nationales.

1632 Alexandre de Longueval, marquis d'Haraucourt, seigneur du fief Madame, par acquisition.

1710 Gérard-Lévesque de Champeaux, seigneur de Longueval, d'Orrinville, de Verneuil et du Tourniquet. Il savait le latin, le grec, l'hébreu, et parlait les principales langues de l'Europe. Il fut ambassadeur de France à Genève.

1778 Sébastien Lévesque de Champeaux, son fils, seigneur de Longueval, d'Orrinville, de Verneuil et du Tourniquet, capitaine au régiment dauphin.

1789 - 1799 Pendant la révolution

Quelques fermiers comme celui de Longueval faillirent payer cher leur désobéissance à la loi : ils cachèrent du blé, mais ils furent menacés d'être dénoncés comme suspects; cette menace était terrible, car on traitait les suspects avec la dernière rigueur ; ils durent se soumettre et conduire chaque semaine sur les marchés de Chauny et de Coucy, la quantité de blé que le procureur de la commune avait fixée.

Une disposition de la loi Maximun aggravait singulièrement encore la situation déjà si  difficile des cultivateurs ...

Extrait du livre de l'abbé Vernier

 

Le dernier propriétaire de longueval était le fermier jean Lécareux. Il reste sa maison de ferme  : elle est encore au centre du circuit automobile actuel. A la mort de Mr Lécareux, les terres ont étaient mise en ventes pour faire place à un circuit automobile.



 Le circuit de Folembray a été inauguré le 5 juillet 1975 (voir article l'Aisne Nouvelle). Il était alors exploité par la société Sport tourisme Coucy Folembray.


L’histoire du circuit de Folembray n’est pas celle d’une longue piste tranquille. En quatre décennies, il a ainsi dû faire face à une mise en faillite, à deux rachats et à une fermeture qui s’est prolongée dix ans, en raison de problèmes de sécurité et de nuisances sonores.

Quelques années après son inauguration, il perdait sa créatrice, la société Sport tourisme Coucy Folembray. Repris par la société Choron, il a accueilli jusqu’en 1982 des compétitions nationales (formule Renault, coupe R5 Gordini…) et quelques grands noms tels que Jean-Pierre Beltoise, Jean-Pierre Jabouille, Henri Pescarolo « et même Alain Prost », souligne Jacques Jacquet, l’actuel exploitant. La piste de Folembray va ensuite connaître une traversée du désert jusqu’en 1992. Une fois les soucis réglés, elle va reprendre ses activités.

Racheté entre deux par le conseil départemental de l’Aisne (en 1988), le circuit est exploité depuis 1995 par le Centre de perfectionnement et de sécurité routière de l’Aisne. Des centaines de pilotes amateurs le connaissent par cœur. Des journées GTI ou privées y sont régulièrement organisées.


Caractéristiques Ce haut lieu de la vitesse dans l’Aisne est accessible à tous ; il suffit simplement de remplir et signer un document pour rouler sur la piste. Celle-ci mesure 2050 mètres de long sur 9,20mètres de large.

Fréquentation Chaque année, entre 600 et 700 amateurs (motards et automobilistes) se défoulent sur le circuit de Folembray

Tournoi mars 1977

Trophée du juin 1976

Contact : Rue des Hautes Avesnes 02670 Folembray, tél. : 03-23-52-01-42
Pour plus d'informations sur les tarifs et les horaires des stages, formations ... cliquez sur http://www.folembray-arena.com/

 


 

 

 

sommaire
page précédente
page suivante