L'ancienne verrerie


La verrerie entre 1725 et 1785.

On peut distinguer sur ce croquis  : la chapelle avec ses jardins, le hangar,la forge, la salle à bouteilles et la maison du Vivier formant une cour intérieur avec son puit. Au bord de l'étang , il y a une tour qui fait partie le "la maison du Vivier". Cette tour était l'ancien pigeonnier qui existe toujours. Le Chàteau du Vivier sera construit plus tard.

On sait qu'à l'époque du propriétaire Mr François Marie Pipelet, créa un parc paysagé par Mr Thomas Blaikie. ( extrait de François Seydoux, gentilhommières des pays de l'Aisne)
A gauche le plan cadastrale de 1820. On peut distinguer que la cour interieur de l'ancienne maison du Vivier est ouverte maintenant. Il y a le Château du Vivier qui accolé à l'ancienne habitaion "la maison du Vivier".

Description d'aprés un registre d'hypothèque de 1820 (extrait du registre d'hypothèque 4Q2/2995, étude de M. Savinien à Paris)

1- Une maison d'habitation avec écurie et remise.

2 - Un corps de logis pour tenir les bureaux et employés de la verrerie.

3- Deux halles à deux fours chacune avec les constructions y attenantes.

4 - Un magasin à cloches de verre nouvellement bâti.

5- Un grand magasin à bouteilles à verre et à chambres à pots au-dessus le dit magasin en mauvais état.

6- Un grand corps de logis pour tous  les ouvriers souffleurs.

7- cours, jardin, étang canaux près et bois

Le tout et clos en partie de murs et en partie des fossés remplis d'eau et contient environ treize hectares...etc

Plan topographique vers 1912 :

On peut remarquer que la verrerie s'est bien aggrandi par rapport au plan de 1820
A gauche, la Verrerie et le Château du Vivier vers 1850

Au début des années 1900.

Ruines de la verrerie en avril 1919.

Les deux photos ont été prise à l'Est de la verrerie, près de la ligne de chemin de fer dans la forêt.

Batiment en ruine suite à la guerre 1914-1918 tout prés des bureaux

Le four en ruine et la cheminée en petites briques fut conservée lors de la reconstruction

Pendant la guerre 14-18. Le chemin sur la gauche sera nommé "l'avenue Foch" lors de la reconstruction de la  verrerie. La cheminée en brique est la seule qui soit resté debout et sauvegardé lors de la reconstruction de la verrerie.

Les dégats de la guerre 14-18 dans la verrerie.

L'avenue Foch en Avril 1919 : Au bout de cette Avenue, on peut voir la cheminée en brique qui sera conservée.

La verrerie et l'Avenue Foch après 1920. Au bout de cette Avenue, on peut voir la cheminée en brique qui date avant 1914.

 

En 1919

En 1922

La verrerie en reconstruction. Au premier plan, on voit la ligne de chemin de fer et le mur de séparation de la verrerie. La passerelle qui méne au bâtiment (  Deux fours se trouvent dans ce bâtiment, lettre C et D sur le plan de la verrerie) et la cheminée en briques fut conservée.

 

La Verrerie en reconstruction : 2 fours se trouvent derrière le château d'eau  (Lettre C et D sur le plan de la verrerie)

La verrerie en reconstruction :

-en face le bâtiment (Lettre J sur le plan de la verrerie) des magasins généraux et de la centrale élèctrique qui sont terminés.

-Les premières pierres au premier plan sont les sous-sols des bureaux de l'administration (Lettre K sur le plan de la verrerie)

 

Photo prise de la rue de la gare au Nord de la verrerie aprés sa reconstruction

Photo prise à l'Est de la verrerie du coté de la ligne de chemin de fer aprés sa reconstruction

La verrerie aprés sa reconstruction : la maison à droite du bâtiment est le laboratoire (Lettre V sur le plan de la verrerie ) qui n'existe plus actuellement. Cette photo à était prise prés de l'étang du Vivier le long de la rue de la Gare.

La verrerie reconstruite : au premier plan vue du batiment (Lettre E sur le plan de la verrerie) de la fabrication du verre SIBOR

 

Plan de la nouvelle verrerie reconstruite

 

page précédente sommaire page suivante